Rares sont ceux qui ont conscience de rêver pendant qu’ils dorment. Le rêve peut paraître sur le moment d’un réalisme sidérant, nous donner l’impression qu’il se déroule vraiment, mais dès lors que l’on ouvre les yeux, les bribes du rêve s’échappe et nous réalisons qu’il ne s’agissait que d’un jeu de notre esprit. Certes le rêve est fondé sur un vécu. Il est par exemple impossible d’imaginer un visage. Les personnages de nos rêves, nous les avons forcément vus, même une fraction de seconde dans la rue. Ce temps a suffi au cerveau pour enregistrer l’image et la ressort parfois de manière étonnante dans notre rêve.

Rêver est donc un acte de notre imagination dont on prend conscience au réveil.

Cependant, certains savent parfois parfaitement qu’ils sont en train de rêver. On parle alors de rêve lucide, un état baptisé par le psychiatre néerlandais Frederik Willems Van Eeden en 1913.

Ceux qui font l’expérience du rêve lucide sont capables de se souvenir de leur vie de veille, d’agir de manière réfléchie, de modifier le contenu de leur songe ou encore de le transformer, de transgresser des lois physiques (voler par exemple).

Fonctionnement

Le rêve lucide se définit selon trois critères : l’atonie musculaire, les mouvements oculaires rapides et une activité cérébrale intense comparable à celle de l’état de veille.

Lorsque nous sommes éveillés, nous nous repérons dans le monde environnant principalement grâce aux données sensorielles. La construction de notre environnement se fait en fonction de nos besoins, de nos objectifs et de nos émotions. Pendant que nous dormons, les informations sensorielles concernant notre environnement se font plus rares, le cerveau le construit en se basant sur nos motivations et nos attentes : peurs, désirs freudiens…

Une majorité de personnes a déjà fait l’expérience du rêve lucide. Bien souvent, il se remarque à la fin d’un cauchemar, quand le dormeur prend conscience que ce n’est qu’un rêve et qu’il se réveille quelques secondes plus tard. Le « vrai » rêveur lucide va plus loin. Il a conscience qu’il fait un cauchemar, mais affronte ses peurs puisqu’après tout, ce n’est qu’un rêve ! Les résultats sont alors nombreux, le concerné gagne en confiance et rend sa peur moins irrationnelle. En 1867, Hervey de Saint-Denis a décrit dans son livre « Les rêves et les moyens de les diriger » cette expérience comme un moyen justement de vaincre ces cauchemars.

Pour de nombreux scientifiques, on peut accéder au rêve lucide après un apprentissage.

Les masques

Depuis quelques années, plusieurs start-ups s’intéressent aux rêves lucides et ont mis au point des masques permettant aux sujets d’accéder à cette conscience dans leurs songes. Ils se présentent sous forme de masque de nuit classique, mais sont truffés de technologie qui va faciliter l’accès aux rêves pendant le sommeil. Ils sont capables de lire et d’analyser les ondes cérébrales, l’activité électrique du cerveau et envoient des signaux (sonores, lumineux…) au rêveur. Ces avertisseurs « réveillent » la conscience et permettent d’interagir directement dans les différentes composantes du rêve.

Enregistrer